ESS : Christophe Itier fait le point sur sa stratégie

Lors d’une conférence au Forum National des Associations et Fondations du 18 octobre dernier à Paris. Christophe Itier, Haut-Commissaire à l’Économie sociale et solidaire et à l’Innovation sociale, a précisé la stratégie du gouvernement sur l’économie sociale et solidaire.

Christophe Itier, Haut-Commissaire à l’ESS et à l’Innovation sociale qui présentait sa stratégie concernant l’ESS le 18 octobre, a concentré son intervention autour de 3 axes. Le premier consiste en la création d’un pacte de consolidation et de croissance, la prise de mesures législatives et règlementaires offensives pour accroitre la lisibilité de l’ESS et des mesures de consolidation des entreprises de l’ESS les plus fragiles. Dans ce cadre, une attention sera donnée prioritairement aux sujets qui touchent la jeunesse et les questions européennes.

Christophe Itier souhaite également créer un accélérateur de l’innovation sociale. Selon lui, l’innovation sociale doit être mieux définie et il est nécessaire de lui donner un statut plus fort et mieux financé. Cet accélérateur serait centré autour de 2 piliers : 1 pilier d’investissement et de financements, sur un modèle hybride et dont le pilotage sera confié à la Caisse des dépôts et consignations, et 1 pilier autour des évolutions de la législation, pour lever les freins actuels à la mise en place d’actions, de projets et de dispositifs innovants.

Le troisième axe de cette stratégie est de favoriser la mesure de l’impact social des acteurs de l’ESS, en développant notamment les outils de valorisation. Dans ce cadre, il notamment insisté sur la nécessité de préserver les dispositifs locaux d’accompagnement (DLA) et le financement des études qui permettent de créer des référentiels d’évaluation d’impact.

Le gouvernement s’est donné jusqu’à la fin de l’année, dans une logique de construction avec les acteurs au sein du Conseil Supérieur de l’ESS au sein duquel siège l’Uniopss, pour travailler à la création d’une véritable feuille de route de l’ESS pour ces 5 prochaines années.

 

Pour en savoir plus, cliquez ici