Nouveaux tarifs plafonds des CHRS : Le réseau Uniopss-Uriopss interroge ses adhérents

Alors que la mise en œuvre de tarifs plafonds pour les CHRS a fait l’objet d’un recours devant le Conseil d’État, déposé en juillet par l’Uniopss et les principales fédérations du secteur, l’Union invite les associations gestionnaires de CHRS adhérentes, à répondre à un sondage pour évaluer le nombre de recours déposés à l’échelle nationale.

L’année 2018 s’annonce mouvementée pour les CHRS avec, pour la première fois, la mise en œuvre de tarifs plafonds suite à la décision du gouvernement d’opérer une coupe budgétaire de 57 millions d’euros sur 4 ans, dont 20 millions dès cette année.

Face à cette situation préoccupante, l’Uniopss ainsi que les principales associations et fédérations du secteur - la Fédération des acteurs de la solidarité, la Croix-Rouge française, la Fédération des établissements hospitaliers et d’aide à la personne (FEHAP) et Nexem - ont déposé un recours le 10 juillet dernier devant le Conseil d’État contre l’arrêté du 2 mai 2018, fixant les tarifs plafonds des centres d’hébergement et de réinsertion sociale (CHRS) pour l’année 2018.

Suite à ce recours, le réseau Uniopss-Uriopss souhaiterait connaitre le nombre de recours formulés par les associations gestionnaires de CHRS impactés par les tarifs plafonds, afin d’apporter des arguments supplémentaires à la discussion avec les pouvoirs publics.

Dans cette optique, un sondage est mis à la disposition des adhérents nationaux et régionaux de l’Uniopss et des Uriopss. Celui-ci est ouvert jusqu’au 28 septembre. A noter également qu’une enquête inter-associative sera réalisée prochainement, afin de mesurer concrètement les impacts des coupes budgétaires opérées.

  • Pour accéder au sondage de l’Uniopss sur les CHRS, cliquez ici