PLFSS : l’Uniopss regrette que les personnes les plus fragiles soient oubliées

A l’heure des débats parlementaires sur le projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2018, l’Uniopss a déploré, le 23 octobre dernier, par la voie d’un communiqué de presse, l’absence de mesures prises pour la conduite d’une politique « ambitieuse, responsable et solidaire ».

Pour l’Uniopss, au regard du Projet de loi de financement de la Sécurité sociale, les moyens ne sont pas à la hauteur de « nos valeurs républicaines ni des ambitions affichées ». Si l’Union comprend la nécessité de diminuer les déficits de la Sécurité sociale, encore faut-il que ces économies ne se fassent pas au détriment de la solidarité.

L’Union s’interroge sur le devenir de la protection sociale et de la solidarité avec les personnes les plus vulnérables, fortement remis en cause dans ce PLFSS. Ainsi, avec la forte augmentation des dépenses des complémentaires de santé (forfait journalier hospitalier, taxe), le PLFSS pour 2018 laisse de côté les personnes non couvertes faute de moyens financiers suffisants. Par ailleurs, la baisse du plafond et du montant de l’allocation de base de la PAJE est une économie qui impacte l’ensemble des familles.

En outre, l’effort de solidarité de l’État ne peut reposer sur un système de « vase communiquant » qui financerait, de manière pérenne, des mesures, en réaffectant des crédits destinés au financement de l’aide et de l’accompagnement à domicile au financement des établissements sociaux et médico-sociaux. L’Uniopss regrette l’absence de prise en compte de l’évolution croissante des besoins des personnes fragiles, dans un contexte de contraintes budgétaires qui impactent les dépenses sociales et médico-sociales des départements.

Plus globalement, l’Union regrette l’absence d’analyse de l’impact des différentes mesures envisagées, les faiblesses de la concertation, l’absence de prise en compte des objectifs et de l’état d’avancement des réformes en cours dans le secteur social, médico-social et sanitaire. L’Uniopss demande donc, dans le cadre de ce PLFSS, qu’une véritable attention soit accordée aux personnes vulnérables et aux acteurs de la solidarité qui contribuent, sur les territoires, au développement économique et social pour tous.

 

Retrouvez le communiqué de presse et l’analyse complète de l’Uniopss